La fille de fermier qui a révolutionné les chronographies

DATA VISUALISATION | 26 février, 2019
Emma Hart Willard – la Data Visualisation comme innovation pédagogique | Reeport.io

Une histoire de la Data

Aussi ambitieuse que talentueuse, Emma Willard a su joindre ses ambitions féministes à son envie de vulgariser le savoir à travers des productions graphiques. Qu’elles soient considérées comme abstraites ou innovantes, ces data visualisations du XIXe siècle sont le symbole d’un esprit créatif et audacieux qui désirait contribuer activement à l’éducation des femmes de son temps.

La Data visualisation comme protestation contre la société patriarcale du XIXe siècle

Emma Hart Willard a grandi dans une famille de fermiers du Connecticut qui l’encourageait à débattre de sujets considérés comme exclusivement masculins, à savoir les mathématiques ou encore la philosophie. Lire et penser par soi-même : tel était l’état d’esprit que son père ambitionnait pour sa descendance. Une fois adulte, la piètre qualité des méthodes pédagogiques et des enseignements pousse Willard à agir à son échelle pour l’éducation des femmes. A l’instar de la virulente Florence Nightingale, elle a su protester contre les clivages de la société du XIXe siècle en créant la première école d’études supérieures pour femmes des Etats-Unis.

Emma Wiilard - Data Visualisations

Emma Willard croyait au potentiel intellectuel et à l’éducation des femmes comme moteur de leur émancipation. A l’aide de cartes comme supports visuels, elle a initié une pédagogie plus complète et plus moderne dans le but d’améliorer les capacités de mémorisation. Elle souhaitait communiquer des informations complexes en donnant une dimension concrète à des concepts abstraits comme par exemple l’Histoire. N’ayant jamais eu de formation en cartographie, sa seule détermination lui a permis de développer des compétences indiscutables d’illustratrice et d’enseignante. De la conception de cartes intuitives à l’élaboration de cartographies aussi innovantes qu’esthétiques, Willard a su révolutionner l’enseignement de son temps dans le but d’émanciper les femmes du XIXe siècle.

 

Reeport580x100mars2019-1

 

La Data visualisation au service de la vulgarisation de l’Histoire américaine

 « … in history I have invented the map » - Emma Hart Willard

A son grand désespoir, les livres d’Histoire de l’époque ne font pas d’efforts d’illustration et écartent la dimension géographique. En 1828, elle publie son atlas de l’Histoire américaine contenant des cartographies afin de soutenir son approche pédagogique. Fascinée par les moyens mnémotechniques, ses cartes fournissent un support graphique plutôt que narratif qui re-conceptualise l’Histoire des Etats-Unis sous le prisme de la géographie. Avec la pluralité des données tangibles que l’Histoire américaine lui offrait, Emma Willard disposait d’une montagne d’informations exploitables à condenser à travers des cartes impactantes et intuitives.

Introduction Map Data Visualisations Histoire

A titre d’exemple, la cartographie ci-dessus schématise le passé de l’Histoire américaine en illustrant les mouvements des tribus Amérindiennes. Il s’agit de la première carte qui s’appuie sur leurs mouvements migratoires afin de mieux révéler l’image d’ensemble de leur histoire.

Il est à noter que Willard place cette carte des indigènes en introduction (« Introductory Map »), et nous pouvons légitimement nous demander s’il s’agit d’un simple reflet culturel d’une époque qui plaçait les indiens d’Amérique en dehors du temps historique américain ou d’une démarche consciente – issue d’un esprit frondeur et mutin - pour reconnaître la réalité d'une culture et d'une histoire indienne en la mettant en avant dés le début de son ouvrage. Dans tous les cas, cette démarche fait bien entendu écho à nos approches modernes où nous faisons aujourd'hui naturellement ressortir les informations qui nous semblent les plus pertinentes dans un vaste ensemble de données que l’on agrège.  

Elle a consacré une énergie considérable à cartographier le temps, avec des représentations qui schématisent classiquement l’espace. L’atlas de l’Histoire américaine qu’elle a publié contient douze cartes qui revêtent implicitement un caractère nationaliste. Son ambition d’améliorer l’enseignement tout en consolidant l’identité nationale était ingénieuse : vulgariser des données complexes lui a permis d’étendre son audience. En plus d’améliorer le processus de mémorisation grâce à l’utilisation d’indices visuels, elle a également réussi à consolider l’éducation civique américaine.

 

Banner-580-100-V3

 

Une manière avant-gardiste d’enseigner : how to think et non what to think

Même si ses cartes intuitives connaissaient un succès tel qu’elles ont été réimprimées pendant quatre décennies, Emma Willard convoitait la création d’une méthode d’apprentissage encore plus efficace pour ses étudiantes. Ces dernières étaient vues par leur enseignante comme des personnes curieuses, intéressées par le fait de prendre part à la pédagogie de Willard. C’est alors qu’elle a recherché des alternatives pour mieux organiser l’information qu’elle voulait transmettre, avec comme objectif de développer la mémoire.

Parce que Willard souhaitait présenter des informations convaincantes, elle a décidé de créer ce qu’elle appelait des « chronographers », autrement dit des graphiques chronologiques. Elle soutenait que les représentations visuelles du temps facilitaient l’apprentissage de l’information au contraire des chronologies traditionnelles. « Map of Time » est la première chronographie publiée par Willard dans Universal History en 1835.

Cartographie Data Visualisation

Aussi impressionnant que cela puisse paraître, l’Histoire de l’Humanité y est condensée en une seule image. La création divine (« The Creation ») domine cette pyramide du temps et se ramifie vers une Histoire moderne plus proche et plus détaillée. La chronographie permet de mesurer le temps par l’espace, et ce depuis « l’origine » du monde. La contextualisation des événements et des civilisations permet aux étudiantes d’ancrer l’image dans leur esprit afin d’assimiler plus aisément les informations.

En comparaison des data visualisations de William Playfair qui paraissaient plus claires, celles de Willard semblent plus abstraites et sibyllines. Cependant, ce défaut visuel n’est qu’apparence car il pousse en réalité à l’interprétation personnelle. La chronographie de Willard est un instrument qui stimule l’imagination - ce qui augmente la mémorisation – tout en invitant à une exploration libre des informations - ce qui permet à chacun de construire son propre itinéraire d’apprentissage.

« The Temple of Time » est l’ultime exemple pour illustrer la volonté pédagogique d’Emma Willard. Influencée par le style d’architecture néo-grecque, cette cartographie qui invite à la contemplation est une mine de connaissances. Les siècles sont représentés par les piliers dont l’éloignement dans la perspective marque la chronologie. Constellé de noms de grands hommes, le plafond du temple regroupe par catégories ceux qui ont fait l’Histoire, par exemple les « Warriors » comme Lafayette ou encore les « Poets.Painters » comme Tasso et Shakespeare.

The Temple of Time Cartographie Data Visualisations

Dans ses chronographies, Willard a sélectionné des informations à travers le prisme de sa culture et de ses convictions. Ce panthéon de connaissances met en lumière certains événements et personnalités qui reflètent les partis pris de Willard. Toute sa démarche replace le lecteur dans une position active où il parcourt la cartographie librement. Devenu acteur, il est alors en mesure de s’affranchir des prérequis et postulats pour construire une opinion résolument personnelle.

Dans une démarche très moderne, Willard a consciemment choisi les informations qu’elle souhaitait partager, celles qui lui semblaient les plus à même de répondre à ses desseins. En somme, elle a fait le même choix que nous faisons tous aujourd’hui lorsque nous sélectionnons des informations actionnables dans un vaste ensemble de données brutes. Nos objectifs sont identiques : faire ressortir les informations qui permettent de faire des choix éclairés.

 

 Pour en savoir plus :

 Banner-V8-1

 

Écrit par Justine Pichot & Tomasz Stachorko le 26 February 2019.

A propos de l'auteur

Co-creative team evolving in a co-creative space to make something new together,

Articles que vous pourriez aimer